The Marseile-Cassis event, France

This review is written in English and French. Please scroll down the page to read the French.

Ce test est écrit en Anglais et en Français. Descendez en bas de page pour lire la partie en Français.

On October 28th, I ran the 34th edition of the most famous race in the South of France: Marseille – Cassis. This race is classified among the top 50 races of the world.

I hadn’t been to Marseille in more than 10 years, so when I got the opportunity to run there I was immediately interested.

The race starts from the city of Marseille and finishes in Cassis. Marseille is the second largest city in France after Paris, and has a long history from antiquity. More informations about Marseille : http://en.wikipedia.org/wiki/Marseille

Cassis on the other side (pronunciation Kasi) is a small city knows for its cliffs, sheltered inlets and local wines. More information about Cassis: http://en.wikipedia.org/wiki/Cassis

This race is quite special … If you want to register for it, you will have to sleep with your computer. Registrations started at midnight last year, and most of the Bib numbers were gone within 2h (just 15000 runners).

The race is famous for its track, first 10km are uphill, and the last 10 are downhill … there’s no such thing as ‘flat’ in this race. A friend, who ran Marseille Cassis last year, told me that the weather was pleasant, at about 25°c, and after the race, most of the runners went to the beach at Cassis for a swim in the sea. The weather is always better in the South of France when compared to Paris, you can have up to 10°c of difference (it is much sunnier in the South).

If you want to get a priority bib, you need to send in a timing certificate of a Half Marathon (or the previous Marseille Cassis): with a timing of less than 1h20 or 1h30. At this point of time my Personal Best on HM is 1h35 … So I couldn’t apply for one.

I went to collect the bib on Saturday (the day before the race) at Parc Chanot. There were a lot of sponsors, but the crowd was less than expected. I got the bib quite fast along with a rather nice yellow Tee-shirt. BV Sport was there, so I had a talk with one of their seller : Alex.

People seem to be friendlier in Marseille than in Paris, everyone talks to everyone, which is something that I found surprising. Marseille is just 800km (from Paris), how can you have such a cultural difference?

The weather was windy and cold on Saturday, but on Sunday, the weather forecast was even worse: it was just 2°c with winds as high as 130km/h … I removed the towel and the swimming trunks from my bag…

My target for the race was less than 1h30, even if I was unfamiliar with the track, I knew I would be able to do it.

On Sunday morning, while at breakfast, I read the Race information flyer that was provided at them time of bib collection, and saw that bags could be handed in till 8h30 (one hour before the departure). This stressed me quite a bit as I realized that I did not have much time. I ran to the metro station, waited for 10mn to board the metro, and reached the place at 8h32 … But guess what? The vans had already left …. I was not the only runner with my bag. A van was provided for late people like me, but it was staying in Marseille, and you would have to come back to Marseille in order to get your stuff.

As it was damn cold, I decided to run with the bag (so that I could change clothes at the end of the race, and not wait outside for hours in the cold with wet clothes) … needless to say, this really pissed me off …. Seriously, with such a bad weather, couldn’t they wait for another 30mn?

I then walked to the departure lane, there were already a lot of people around, one guy told “man, you are going on the wrong way to give in the bag, that’s on the other side”, I then explained the situation to him …

I strapped the bag on like a shoulder bag; I thought that would be the more stable position. We then waited for almost an hour in the cold … people were joking, talking, there was such a good ambiance … definitely more friendly than any other Running Event I have ever attended, people were talking about the previous Marseille – Cassis, the difficulties, the slope of course, but also about what to do if you got tired, and about managing the difficulties of going down the slope.

The speaker was saying that it was the first time that the even had such weather. I wanted to film the event, and took some videos (but I knew it would be tough to stabilize the camera with a bag on my back). At 9.30am sharp the race was flagged off at the “Avenue du Prado”, which is a large avenue. I started slowly on the false flat, knowing that it was just the beginning and the upcoming slope would be more difficult.

Just before the 2nd kilometre we reached a circle, where a band was playing, so people were there to cheer us on… They were brave, the weather was not good, and it helped considerably to see people along the roads. I reached the 5km lane in 22mn, slower than usual, but we were on a slope, and I had a bag to carry, so that was not too bad.

Just before the 6th kilometre, we reached the first water station, few hundred meters after that we were able to see the first runners on right side of the hill, maybe 150m above us … Still a long way to go.

The curve turned on the right and went straight to the pass … The slope was more difficult, but not too bad … So many people told me about how tough this slope was, honestly the one in the Paris – Versailles race is way shorter, but much tougher in my point of view.

I checked my GPS, I was running at 11.4km/h … The Mistral (the local wind) was blowing like anything, and we didn’t have any protection against it, as it blew, we were pushed (by maybe 50cm) to the left side of the road. Having a bag didn’t help, with the wind, the bag was turning around my body from the left side around my tummy … I must have re-adjusted it on my back a hundred times.

8km, 39mn … I wanted to record a video, but there was “No battery”, which was surprising, as I had fully charged it the day before, and hadn’t used it all that much…

After completing 9km in 44mn, we reached the top of the hill…. We then started going down. I reached the half point (10km) in a bit less than 49mn … The most difficult part was done, so I thought “let’s enjoy it”.

The sun appeared, the colours were much different, and it was even a little hot, that is before the two gusts of wind. My speed increased in descent, the bag was shifting like anything, I caught the strap, to prevent it from swinging as much as possible but still…

We hit a Water Station at the 13th km, I felt like I was running in a desert, vegetation was sparse, no trees, a lot of rocks … Definitely not the best weather to run this event, but at least I would be able to say that I have done it under very bad conditions.

I had been forewarned of a slope on reaching Cassis which was short but tough at the 17km… But I couldn’t seem to find it either at the 17, or 18 … Then between the 18th and the 19th … I found it, and it killed my legs, but fortunately not for long, at the end of the slope we found a Water Station with Energy Drinks, and I grabbed some. Honestly, I would have placed the station a few hundred meters before the slope, not after.

We had then a big descent to the “Port de Cassis”, the weather was much better here than in Marseille, the sun was shining, people were cheering us on along the road (on both sides), and we then enter into the port …. Another few hundred meters, and I started sprinting, and finished it … My watched showed 1h29 and 55s …. I was worried about having an official time that was a little over 1h30.

We got Water and Energy drinks at the end, I was looking for something to eat, but unfortunately was unable to find anything. Also, there were no medals for finishers. That’s cheap for a big race like Marseille Cassis, it seems they never give one for any for the races, but it would have made a nice souvenir for all the runners (apart from the Tee-shirt).

I was seriously upset about not being able to film the second part of the race, it was much brighter, and the colours were much better with the sunlight … Surprisingly when I tried to switch it on in the afternoon, it worked, and battery was almost full …. Maybe the cold?

It was a really nice race even if the weather was awful this year. I really enjoyed running on this beautiful (but not easy) track. My official time is: 1h29 and 52s … I did it, in spite of having to carry this bloody bag…

If you want to run it next year: http://www.marseille-cassis.com/en/

just be careful to register on the opening date, and make sure to book it really fast. I will try to do it again next year (without the bag), and my target will hopefully be less than 1h25…

Few areas of improvement from my point of view:

* Bag collection should stop 20/30mn prior to the start of the race, not before.

* Medals for finishers.

* Some food at the finish.

 

Le 28 octobre, j’ai couru la 34ème édition de la plus célèbre course du sud de la France : Marseille – Cassis.

La course est classée dans le top 50 des courses mondiales (IAAF Silver Label Road Races 2012).

Je n’avais pas été à Marseille depuis plus de 10 ans, j’ai donc été très intéressé quand j’ai eu l’opportunité de faire cette course.

La course comme son nom l’indique commence à Marseille et se termine à Cassis.

Marseille est la seconde plus grande ville en France, et a une très longue histoire depuis l’antiquité. Plus d’informations sur Marseille : http://fr.wikipedia.org/wiki/Marseille

Cassis (se prononce Kasi) est une petite ville connue pour ses falaises, ses calanques et ses vins. Plus d’informations sur Cassis: http://fr.wikipedia.org/wiki/Cassis_(Bouches-du-Rh%C3%B4ne) 

Cette course est assez particulière… Si vous voulez vous y inscrire, vous allez devoir dormir sur votre clavier. Les inscriptions ont été ouvertes à minuit cette année, la plupart des dossards étaient parti en l’espace de 2 heures (seulement 15000 places).

La course est célèbre pour son tracé, sur les 10 premiers kilomètres, ca monte, et les 10 suivants, ca descend. On ne peut pas dire que la course soit plate.

Un ami, qui l’a couru l’année dernière m’avait dit que la météo était géniale, et qu’après la course, beaucoup de coureurs avaient rejoint la plage de Cassis pour aller nager dans la mer. La météo est plus favorable dans le sud de la France (qu’à Paris), il peut même y avoir jusqu’à 10°c de différence (et beaucoup plus de soleil).

Si vous voulez un dossard prioritaire, vous devrez envoyer une preuve sur Semi Marathon (ou précédente édition du Marseille Cassis), avec un temps de moins de 1h20 ou moins de 1h30.

Lors de l’inscription, mon meilleur temps sur semi était 1h35, je ne pouvais donc prétendre à un dossard prioritaire.

J’ai été collecté mon dossard le samedi (veille de la course) au Parc Chagnot. Il y avait pas mal de sponsor, la foule était moindre que prévu. J’ai récupéré le dossard (ainsi qu’un joli Tee-shirt jaune) assez rapidement. BV Sport était là, j’en ai profité pour discuter avec un de leurs vendeurs : Alex.

Les gens sont beaucoup plus ouverts dans le Sud (en l’occurrence Marseille) qu’à Paris, tout le monde parle à tout le monde. Chose que j’ai trouvé assez surprenante, Marseille n’est pourtant qu’à 800km (de Paris), comment avoir une telle différence culturelle ?

La météo était venteuse et froide le samedi, mais le dimanche, les prévisions météo étaient bien pire : seulement 2°c, et des vents jusqu’à 130km/h … J’ai donc enlevé la serviette et le maillot de bain du sac

Mon objectif pour la course était moins de 1h30, même si je ne connaissais pas le parcours, je m’en sentais capable.

Le dimanche matin, pendant le petit déjeuner, j’ai lu sur la brochure d’information (que j’avais récupérée avec le dossard) que le dépôt des sacs devait se faire avant 8h30 (une heure avant le début de la course). Ca m’a un peu stressé vu que j’ai alors réalisé avoir peu de temps. J’ai couru jusqu’à la station de métro, attendu 10mn pour voir la première rame arriver, et j’ai rejoins le départ de la course à 8h32. Mais devinez quoi ? Les camionnettes étaient déjà parti … Je n’étais pas le seul coureur avec mon sac sur les bras (ou sur le dos). Une camionnette était toujours la pour les retardataires, mais elle restait sur Marseille, et on devait revenir sur Marseille pour le récupérer.

Vu les conditions météo, j’ai décidé de courir avec le sac (je pouvais ainsi changer de vêtements à la fin de la course, et ne pas a avoir à attendre dehors pendant des heures avec des affaires humides) … Inutile de dire que cela m’a un peu agacé.

Sérieusement, vu les conditions, ils n’auraient pas pu attendre 30mn de plus ?

J’ai ensuite marché jusqu’à la ligne de départ, il y avait beaucoup de gens, un gars m’interpella « Mec, je crois que tu vas dans la mauvaise direction, les sacs, c’est de l’autre coté ». Je lui ai donc expliqué la situation …

J’ai mis le sac en bandoulière, pensant que ca serait la position la plus stable.

Nous avons ensuite attend quasiment une heure dans le froid … Les gens plaisantaient, discutaient, il y avait vraiment une bonne ambiance … Sans aucun doute, bien meilleure que toutes les courses que j’ai pu faire jusqu’à présent. Les gens discutaient également des précédentes éditions, la côte, mais également comment gérer si vous êtes crevé, et comment gérer les difficultés de la descente.

Le speaker annonçait que c’était la première fois que la course avait lieu dans de telles conditions.

Je voulais filmer cet événement en prenant quelques vidéos le long du trajet (tout en sachant qu’il serait dur de stabiliser la caméra en courant, et avec un sac dans le dos).

A 9h30 précise, le départ a été donné sur l’”Avenue du Prado” qui est une large avenue. J’ai démarré lentement sur ce faux plat montant sachant que ca n’était que le début et la pente allait devenir de plus en plus difficile.

Peu avant le 2nd kilomètre, nous avons rejoins un rond-point où un groupe jouait, des gens nous encourageaient également… Ils étaient pour le moins courageux, la météo n’étaient pas bonne, et avoir des gens le long de la route pour nous encourager nous a beaucoup aidé.

J’ai rejoins le 5ème kilomètre en 22mn, un peu plus lent que d’habitude, mais nous étions déjà dans la côte, et j’avais un sac à porter dans mon dos, cela n’était donc pas si mal.

Peu avant le 6ème kilomètre, voici le 1er ravitaillement, quelques centaines de mètres plus loin, nous pouvions voir les premiers coureurs sur la partie droite de la colline, peut-être 150m au dessus de nous … Nous n’y étions pas encore, loin de la.

La route tourna alors sur la droite, et alors une longue ligne droite vers le col s’ouvrait vers nous … La pente était de plus en plus pentu, mais ca n’était pas si difficile … Tellement de gens m’en avait parlé en m’évoquant sa difficulté. Honnêtement, celle de Paris – Versailles est bien plus courte, mais bien pire de mon point de vue.

En regardant ma montre, j’ai pu voir que j’étais à 11.4km/h … le Mistral soufflait de manière très forte, comme nous n’étions pas protégé sur la route, cela nous poussait sur le coté gauche (peut-être de 50cm à chaque rafale). Avoir un sac n’aidait pas au contraire, avec le vent, il tournait autours de mon corps sur la gauche, jusqu’à arriver au niveau du ventre … J’ai du le replacer une centaine de fois.

8km, 39mn … Je voulais filmer cette partie du parcours, mais ma caméra m’annonçait « No Battery », ce qui était pour le moins étonnant vu que je l’avais chargé la veille et je ne l’avais pas utilisé tant que cela.

9ème kilomètre en 44mn, nous avons ensuite atteint le sommet de la colline, et avons commencé à descendre … le plus difficile étaient fait, le point de mi-course (10km) a été atteint en 49mn, je me suis alors dit “amusons nous dans la descente maintenant”

Le soleil apparaissait maintenant et les couleurs étaient très différentes, il faisait même un peu chaud entre deux rafales de vent.

Ma vitesse augmentait dans la descente, le sac bougeait beaucoup, j’ai donc attrapé la sangle pour éviter au sac de trop bouger (dans la mesure du possible car ca bougeait quand même).

Nous avons rejoins un ravitaillement au 13ème, j’avais le sentiment de courir au milieu d’un désert, peu de végétations ou arbres, beaucoup de rochers … Vraiment pas les meilleurs conditions pour courir cette épreuve, mais au moins, je pourrai dire que je l’ai fait dans des conditions pas habituelles.

On m’avait prévenu d’un côte en arrivant sur Cassis, courte mais difficile au 17ème kilomètre …

Mais je ne l’ai pas trouvé, ni au 17ème, ni au 18ème … Mais entre le 18 et le 19 … Je l’ai trouvé, et elle m’a cassé les jambes, heureusement pas pour trop longtemps. A la fin de cette côte, il y avait un ravitaillement avec boissons énergétiques, j’en ai attrapé une. J’aurais personnellement placé ce ravitaillement quelques centaines de mètres avant la côte, pas après.

Nous avons ensuite eu une grosse descente vers le port de Cassis. La météo était bien meilleure qu’à Marseille, le soleil brillait, les gens nous encourageaient le long de la route (des 2 cotés). Nous entrâmes ensuite dans le port … quelques centaines de mètres supplémentaires, j’ai alors lancé un sprint final jusqu’à l’arrivée… Ma montre affichait 1h29 et 55s … J’étais un peu inquiet entre e le temps officiel et le temps réel sur le fait d’être un peu au dessus de 1h30.

Nous avons eu de l’eau et des boissons énergétiques à l’arrivée, je cherchais quelque chose à manger, mais malheureusement, je n’ai pas été capable de trouver quoique ce soit.

Pas de médaille pour les finishers … C’est dommage pour une grande course comme Marseille – Cassis. Il semble que c’était également le cas lors des précédentes éditions, mais ca permet aux coureurs d’avoir un souvenir de la course (en plus du Tee-shirt bien sur).

J’ai vraiment été très déçu de ne pouvoir filmer la 2ème partie de la course, la visibilité était plus claire, et les couleurs étaient bien plus belles avec le soleil … De manière surprenante, j’ai essayé de l’allumer dans l’après midi, et cela a fonctionné, la batterie était presque pleine … peut-être le froid ?

C’était une course très sympa même si les conditions étaient difficiles cette année. J’ai beaucoup aimé courir sur ce magnifique (mais pas facile) tracé.

Mon temps official : 1h29 et 52s …Je l’ai fait, malgré ce maudit sac à transporter …

Si vous voulez y participer l’année prochaine http://www.marseille-cassis.com/en , faites attention à la date de début des inscriptions, et inscrivez vous vite.

J’essayerai d’en être également l’année prochaine (sans sac cette fois), et mon objectif sera moins de 1h25 …

Quelques axes d’amélioration de mon point de vue :

* La collecte des sacs devraient s’arrêter 20/30mn avant le début de la course, pas avant.

* Médailles pour les finishers.

* Un peu de nourriture à l’arrivée.

Comments are closed.